Une société bien organisée

Les fourmis vivent selon un modèle de société proche de ce que Taylor - qui a donné son nom au taylorisme - avait voulu mettre en place dans l'organisation du travail. La différence tient en peu de choses : les fourmis ne connaissent pas les congés payés et leurs collègues de travail sont leur famille. En revanche, la question de l'environnement ne leur est pas étrangère, à elles ! Bon, comme nous, elles ne font pas que du bien, surtout celles qui - encore à l'instar des humains - ont la destruction dans le sang...

La revue The Conversation illustre, à travers six épisodes, la vie des fourmis en bande déssinée : "La guerre des fourmis"

A l'heure d'été ou à l'heure d'hiver ?

L'Union européenne, par le biais de la Commission, a lancé une enquête (du 4 juillet au 16 août 2018) sur le bien-fondé du changement d'heure en mars et en octobre de chaque année : heure d'été ou heure d'hiver ?

Le contexte est expliqué ici, et la consultation publique est accessible sur ce site. Tout l'intérêt réside évidemment dans le plus grand nombre de réponses qui seront collectées, celles-ci devant par la suite orienter - si tel est réellement le cas - l'avis de la Commission sur la suppression ou non de ce dispositif, vieux d'une quarantaine d'années.

Joli prénom d'autrefois et d'aujourd'hui

Suite à cet article diffusé sur Slate.fr, j'ai gratté autour des prénoms usités de nos jours et par nos générations précédentes. Le constat est effarant : je porte un prénom qui n'est plus utilisé que par des gens nés dans ma décennie - je ne vous ennuierai pas avec cela - et par voie de conséquence, à prénom donné, il est possible de déterminer la période approximative de naissance du ci-dessus dénommé ! De manière empirique, évidemment.

Pour la petite histoire, il est intéressant de visiter les sites :

Surtout utiles aux futurs parents me direz-vous, qui pourront aussi regarder de ce côté-ci. Mais pas seulement, vous répondrai-je, aussi pour satisfaire un besoin naturel de culture et de curiosité.

Détour

Retour aux fondamentaux du roman noir avec ce roman, noir à souhait.

Martin M. Goldsmith dessine une trame enrobée de mystère et de sentiments  exacerbés, propices au drame d'un scénario... noir ! Une histoire somme toute banale, d'une homme amoureux d'une jeune fille partie chercher gloire et fortune au pays des rêves. Quoi de plus simple ? Ou quand la poisse s'en mêle !

Pour le plaisir, Edgar George Ulmer en a fait un film (noir et blanc, évidemment).

La version proposée ici est sous-titrée en français. Pour les amateurs du 100% pur jus, une version originale sans sous-titre est accessible ici, sur le site archive.org.

 

Beaucoup de livres à lire !

Récemment, ma libraire préférée s'excusait de ne pas connaître le livre que je cherchais. Elle expliquait cette lacune par le fait de ne pas avoir le temps de tout lire. J'eus envie de répondre "heureusement !", mais m'en abstint pour ne pas ajouter de la gêne à la gêne. Cependant, elle s'est bien gardée de me rappeler qu'en tant que libraire - tout comme les bibliothècaires - elle disposait des fiches éditées par les maisons d'éditions à leur intention pour leur permettre de se tenir informés des nouveautés. Autre lacune ?

Néanmoins, cette question existentielle me taraude depuis lors. Comment arriver à lire tous les ouvrages qui sont publiés ? Mission impossible pour le commun des mortels, qui passe son temps entre travail et famille et ne dispose que d'un temps limité pour ouvrir un livre. Et encore, personnellement, je profite de tous les moments creux - transports en commun, salle d'attente, ... - pour élargir mon espace de lecture !

Voilà bien une quête sans fin si l'on veut aller au bout du bout. Mais finalement, quelle finalité dans la lecture, si ce n'est que de trouver le plaisir de se laisser emporter dans le monde créé par l'auteur - qu'il soit fictif ou réel. Moi non plus, je n'ai pas le temps de tout lire, mais je me fais plaisir à lire les ouvrages que je sélectionne. Et quand je me trompe, ou que le texte ne me convient pas, je change ! Après tout, il y a, justement, suffisamment de titres pour ne pas s'embêter avec un mauvais livre !