Des nouvelles d'un projet libre : autour de Bach

La pianiste Kimiko Ishizaka poursuit son chemin dans l'ouverture à tous des oeuvres de Jean-Sébastien Bach. Après "Les variations Goldberg", "Le clavier bien tempéré", Kimiko "souhaite enregistrer et publier sous la license Creative Common zero non seulement son interprétation de L'art de la fugue de Bach, mais aussi la finale de cette pièce inachevée, qu'elle a elle même composé", dixit son agence. Un projet qui était ouvert à la souscription sur Kickstarter.com, laquelle me semble aujourd'hui close... vu mon retard à l'allumage !

Quoiqu'il en soit, l'aventure de JS Bach dans le monde du libre se poursuit, pour le plus grand plaisir des mélomanes.

Responsive ? Non, adaptatif

Cela n'aura peut-être pas échappé aux curieux, le site devient "responsive", c'est-à-dire qu'il s'adapte au support utilisé : écran d'ordinateur (large), tablette (largeur moyenne) ou smartphone (largeur faible).

Le but est évidemment d'être toujours visible quel que soit le moyen de connexion... Le monde s'adapte, et chacun suit à son rythme. Pour autant, je ne rejette pas mes convictions, l'adaptation du site, toujours propulsé par le CMS Pluxml, s'est faite en douceur après certes quelques tests et hésitations, mais le résultat est là : un nouveau thème pour une continuité d'action.

Merci à tous ceux qui poursuivront l'aventure avec moi.

"Dégooglisons internet" ou "comment je deviens libre !"

Au fil du temps, chacun construit la toile d'araignée dans laquelle il va finir par s'engluer : les "GAFAM" nous guettent ! Que signifie GAFAM ? Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft. Tout ce petit monde collecte des données sur chaque utilisateur qui s'imagine devenir le roi du monde en créant un compte sur ces serveurs. Erreur ! Très grave erreur ! Big brother is watching us ! Il faut être conscient que chaque donnée, recherche ou article consulté alimente en informations GAFAM qui nous ressert joyeusement une compilation de nos habitudes préférées à travers des messages publicitaires publicitaires adaptés qui polluent notre environnement.

Pour se débarrasser de cet oeil intrusif - de plus en plus - l'association Framasoft propose - et travaille activement sur le développement - des solutions sans but lucratif, respectueuses des intérêts privés de chacun. Ce travail est présenté sur le site "degooglisons internet", et les solutions de substitution aux outils indiscrets et polluants peuvent d'ores et déjà être utilisé, d'autres sont encore en développement. Avec toujours en toile de fond, un constat objectif : se libérer d'une surveillance toujours plus étroite.