Jack The Ripper - Act II

Après une annonce surprenante, et la publication d'un ouvrage relatant l'investigation, il semble bien que le célèbre meurtrier anglais n'a pas fini de faire couler l'encre. Un article paru dans Le Figaro relate les faits : l'analyse ADN - de laquelle découle les conclusions du détective amateur - est entachée d'une erreur "d'amateur".

Fin du premier acte de l'histoire moderne de Jack l'Eventreur ; les débats sont ouverts et le mythe court toujours.

Une énigme résolue ?

Vrai ou faux ? Après 126 ans de mystère, abondamment illustré par toutes sortes de théories qui ont elles-mêmes offert au 7ème art un humus prolifique, le tueur en série britannique - le sus nommé Jack l'Eventreur - serait démasqué ! Naturellement, la réserve est de mise. Mais l'auteur de la découverte (cf. ReutersLe Parisien, et d'autres dont le Daily Mail à l'origine de la nouvelle) semble très fier du résultat, on le serait pour moins. L'identité de Jack l'éventreur est enfin révélée.

Le hic, et cela se comprend sans le dire, mais en le disant - comme disait un de mes vieux maîtres - cela se comprend mieux - le hic donc, c'est qu'une succession d'idées au cours de tant d'années ne peut disparaître dans un claquement de doigts. Comment qualifierait-on dès lors toute cette dépense d'énergie pour rechercher le fauteur ? Les enquêteurs de l'époque étaient-ils si stupides qu'ils laissèrent filer la seule pièce à conviction qui pouvait les conduire au vrai meurtrier ? Et le policier - soit dit en passant assez indélicat pour avoir substituer une pièce à conviction d'un dossier aussi important - et ses descendants avaient-ils formé le voeu de soustraire pendant 3 ou 4 génération sans jamais le laver ce châle qui allait amener le dénouement de l'affaire ? 
Pour autant, M. Edwards développe une théorie - sa théorie - avec force preuves à l'appui et, tout naturellement, il rencontre nombre de détracteurs qui se font la joie de contredire point par point celle-ci.

Au fond, ne vaudrait-il mieux pas que Jack restât inconnu jusqu'à la fin des temps ? Car au bout du compte est-il plus important de trouver ou bien le sel de la recherche n'est-il pas le moteur qui entretient la légende ?