Des nouvelles d'un projet libre : autour de Bach

La pianiste Kimiko Ishizaka poursuit son chemin dans l'ouverture à tous des oeuvres de Jean-Sébastien Bach. Après "Les variations Goldberg", "Le clavier bien tempéré", Kimiko "souhaite enregistrer et publier sous la license Creative Common zero non seulement son interprétation de L'art de la fugue de Bach, mais aussi la finale de cette pièce inachevée, qu'elle a elle même composé", dixit son agence. Un projet qui était ouvert à la souscription sur Kickstarter.com, laquelle me semble aujourd'hui close... vu mon retard à l'allumage !

Quoiqu'il en soit, l'aventure de JS Bach dans le monde du libre se poursuit, pour le plus grand plaisir des mélomanes.

...et le 13 octobre, the winner is...

...Bob Dylan, pour le prix Nobel de littérature pour l'ensemble de son oeuvre, témoignage d'une société en mutation.

A n'en pas douter, la décision du comité Nobel est vexatoire pour bon nombre d'écrivains qui découvrent - comme tout le monde en fait ! - que le très prestigieux prix Nobel fait preuve de modernité. Les troubadours entrent au panthéon des nobellisés et leur art - la chanson (à texte) - est reconnu comme majeur dans le monde de l'écriture. La concurrence devient rude dans le monde de la plume, qui désormais peut s'accompagner à la guitare.

Au-delà de ces considérations, il faudra évidemment éviter les raccourcis ridicules : les lolitas devront encore faire leurs preuves pour briguer ce titre envié, et rester pour un temps encore dans la cour des Machins Awards.

Musiques du monde

Nouveau label indépendant, qui revendique - après huit ans d'existence - son éclectisme, ce que en d'autres temps j'appelais "musiques du monde", No Format mérite un petit détours musical (normal, c'est le but !).

A travers un catalogue, effectivement largement diversifié, j'ai trouvé quelques perles qui me donnent envie d'aller plus loin et de suivre cette maison d'édition musicale, juste histoire de me laisser bercer par les sons parfois étonnants et envoûtant qui émanent de la créativité de leurs auteurs.

Avis donc aux amateurs de (bonne) musique et surtout de découvertes sympatiques, qui sont autant de sentiments qu'inspire le site de cette petite entreprise qui s'inscrit en marge des gros circuits commerciaux (ou des circuits de gros commerciaux ?).

Jean-Sébastien is bach again !

Après une première expérience d'ouverture - cf. les variations Goldberg - la pianiste Kimiko Ishizaka poursuit son projet d'enregistrement des oeuvres de Jean-Sébastien Bach, en s'attaquant au "clavier bien tempéré", dont le prélude n° 1 est encore dans toutes les têtes.

L'oeuvre est placée sous licence Creative Common "zéro", geste de générosité de l'artiste mais qui n'empêche pas la donation.

Je nais, je grandis et je disparais : qui suis-je ?

La question reste ouverte puisque nombre de réponses sont possibles... En la circonstance, il s'agit d'un site internet ! Nous avons tant l'habitude de naviguer sur la toile que l'on en oublie que les sites sont comme les boutiques au coin de la rue, ils peuvent aussi mettre la clé sous la porte.Et en ce qui me concerne, la fermeture du site que je cherchais est liée au non respect du droit d'auteur : le site www.grooveshark.com a vécu et affiche désormais un joli message expliquant pourquoi. Au passage, le texte invite le visiteur à se rendre sur la page whymusicmatters.com afin d'y trouver des sites légaux qui, eux, respectent scrupuleusement le droit d'auteur... et surtout le droits des "Majors" ! La presse, ici et , les fans font écho à cette fermeture de manière plus éloquente, notamment en observant qu'un clone est né du défunt. Le phénix renaissant de ses cendres - mais pour combien de temps ?