Jour du dépassement

Pas de quoi être fier ! L'humanité a - selon les calculs de la très sérieuse ONG Global Footprint Network -  consommé l'ensemble des ressources que la planète - notre planète Terre - est capable de produire en une année. Ce 1er août est le jour du dépassement - entendre "dépassement des capacités de la planète" - et nous commençons donc à hypothéquer sur l'avenir en consommant les ressources des années à venir, voire des générations à venir.

Cette perspective n'a donc rien de réjouissant, dans un contexte où chaque pays demeure libre de polluer sans autre forme de procès, au rang desquels il faut bien l'avouer les USA, la Chine et l'Inde ne sont pas les derniers. Changements climatiques et raréfaction des ressources sont au menu, les trois pays cités en prenant pour leur grade sans pour autant en accepter l'évidence ! A jouer l'autiste, il y en a bien un qui va finir par payer cher... car au bout du compte, le constat est affligeant : il faut parler "pognon" pour se faire comprendre, et tant que le porte-monnaie n'est pas touché, rien ne se passe !

A trop jouer avec la planète, ce que chacun subodore dans son coin va inéluctablement arriver. L'histoire est un éternel recommencement, et sage est celui qui sait en tirer les enseignements. Je gage ici que les sages sont partis faire un bonne sieste - ou mieux, ils ont été virés par les potentats incultes - et par voie de conséquence, la cour de récré est laissée aux plus immatures, incapables de comprendre l'impact de leurs décisions.

L'humanité vit-elle ses dernières heures ?

C'est arrivé il y a 30 ans : Tchernobyl

Triste anniversaire, trop proche de nous, que celui de l'accident de Tchernobyl. Triste gestion de crise, que d'avoir voulu prendre tous les européens pour des guignols !

Nous avons tous été contaminés, peu ou prou, nous et notre environnement où nous évoluons toujours. Certes, la trace du nuage n'a pu être matérialisée à l'époque, mais la simulation réalisée ci-dessous fait froid dans le dos :

Des nouvelles de la planète Terre

La NASA - agence américaine emblématique - au-delà des programmes spatiaux qu'elle conduit, agrège également des données concernant l'évolution de la planète Terre, notre mère nourricière à tous.

Et ces données compilées donnent lieu aux mises en situation qui sont visibles sur un site dédié, notamment au climat - global climate change -, dont le plus éloquent, selon moi, est l'évolution de la température moyenne à la surface du globe depuis 134 ans (autant dire depuis que suffisamment de relevés météorologiques sont effectués à la surface du globe pour en extrapoler ceux des zones méconnues, selon évidemment des calculs très complixes...).

On trouvera sur cette page les graphiques concernant l'évolution de la température, du CO2, de la fonte des glaces et du niveau des mers. Quand on sait ce que les USA font de leurs engagements annoncés lors de la COP21...