Un endroit discret

J'ai découvert Seichô Matsumoto complètement par hasard, un peu par gageure après m'être déjà essayé au roman japonais avec 1Q84, que - n'en déplaise à ses fans - j'ai peu apprécié. Ce roman de Matsumoto - policier dans le genre, mais ô combien différent de nos polars occidentaux - contient pourtant tous les ingrédients du roman japonais - en ce que j'en connais - à savoir une lenteur faite de finesse où même l'accélération du rythme ressemble à un ralenti façon... Goldorak... !

Bref, une surprise qui m'a, au détour d'un chapitre, amené à m'intéressé au haiku , forme de poésie nippone très contrainte et exigeante dans son élaboration ; mais ça, se sera l'objet d'un autre billet.